Chargement en cours...
Meilleur résultat
Évènements
Artistes
Lieux

Aucun résultat

L'événement
Concert DAVID LEMAITRE à Paris @ Café de la Danse - Billets & Places

DAVID LEMAITRE

Concert

Pop Rock

Café de la Danse75011 ParisVentes terminées
Informations
« En tant que musicien, on doit beaucoup voyager, » soupire calmement David Lemaitre. « Au revoir est une expression qu'on est forcé d'utiliser tous les jours. Mon frère cadet vient de se faire faire un tatouage qui dit, 'L'idée, c'est d'être dans un état de départ permanent, tout en arrivant toujours', et je ne me sens réellement chez moi nulle part. Mais j'aime ça. Il faut prendre le meilleur de tous les endroits et de tous les gens qu'on fréquente. Je ne me définis plus en fonction de là d'où je viens. Le plus important, c'est là où on va. »

Ce sentiment d'aventure et de mouvement est évident, de manière discrète mais séduisante, sur le premier album de Lemaitre, Latitude. Si ce disque possède un thème central, dit Lemaitre, il réside dans sa tentative « de jouer avec la distance de la même façon qu'elle joue avec nous ». Étant né et ayant grandi à La Paz, en Bolivie, et vivant maintenant à quelques 10 000 kilomètres de là, à Berlin, en Allemagne, il sait de quoi il parle. Latitude, toutefois, est loin de manquer d'unité, même si ses influences sont étrangement incongrues. Il conserve, au plus profond de son âme, les échos de songwriters contemporains comme Sufjan Stevens et Jose Gonzales ­- ainsi que ceux de noms plus anciens et plus établis comme Tim Buckley et Serge Gainsbourg - mais des gens comme Nicholas Jaar et Four Tet ont aussi joué un rôle important. « Ils m'ont beaucoup inspiré pour travailler les textures comme outils de composition, » affirme Lemaitre avec admiration. « J'aime penser chaque instrument et chaque ingrédient d'une chanson comme un élément percussif et les laisser se frotter les uns aux autres. Le rythme est pour moi le plus inné de tous les éléments musicaux. Ceci vient probablement en partie de mon passé Bolivien, mais aussi de mon amour de la musique électronique. C'est pourquoi j'adore sampler des pièces de monnaie et des boites de corn flakes, comme dans 'Jacques Cousteau', ou des percussions jouées sur une valise comme dans 'Pandora Express'. »
Depuis qu'il a quitté le pays où il a grandi, après le collège, Lemaitre a voyagé un peu partout en Europe, suivant ses parents - un peintre et un ingénieur - qui y avaient passé du temps en tant que jeune couple. Ayant fréquenté une école allemande quand il était enfant, il s'est retrouvé en Allemagne, où il est lentement remonté du sud au nord du pays, vivant dans quatre villes différentes avant de s'installer - pour l'instant, du moins - dans la capitale il y a deux ans. « L'expression 'chez moi', dans le sens traditionnel, a changé de signification pour moi, » dit-il, « mais je me sens vraiment chez moi à Berlin. En grande partie parce que j'y ai des amis proches et que j'y fais ce que j'aime. »

D'une simplicité trompeuse, Latitude est rempli de petits détails qui trahissent un passé haut en couleur, et traverse les continents exactement comme l'a fait Lemaitre. Il y avait toujours, se souvient-il, de la musique dans sa famille, et il a grandi en écoutant les disques de pop et de rock psychédélique de son père - une collection qui faisait la part belle aux classiques, de Pink Floyd à Cat Stevens - ainsi que, simultanément, les propres interprétations par sa mère de chansons protestataires mélancoliques d'Amérique du Sud de gens comme Violeta Parra et Mercedes Sosa, qu'elle chantait d'une voix riche et profonde. C'est également elle qui lui a appris ses premiers accords de guitare.

Découragé de continuer la musique par un professeur indifférent, Lemaitre a néanmoins rapidement formé un groupe pour lequel il a commencé à écrire des chansons. Avec le temps, il a été de plus en plus tenté par la simplicité des performances en solo et, une fois en Europe, il s'est lentement dirigé vers les scènes intimistes des petits cafés, inspiré par le Live At Sin-e de Jeff Buckley. Ses explorations de jeunesse d'une grande variété de styles, combinées avec un désir d'expérimenter diverses formes - il s'est aussi essayé au jazz et à l'electronica - ont fait que sa musique a développé une personnalité bien à elle, quelque chose qui était, comme il le dit, « nourri par la distance et le contraste entre les cultures et les pays. Je pense que tout ce qu'on aime vraiment reste en nous et ressort à un moment ou un autre. J'adore ces disques qui possèdent pleins de couleurs musicales différentes, qui vont d'une jam hippie à une ballade, puis à un blues. Je n'ai jamais été très soucieux des questions de styles et de mouvements, et j'aime vraiment qu'un disque parte dans tous les sens. »

Néanmoins, il reste subjugué par ce qu'il appelle « la musique simple et nue. J'aime penser aux chansons comme à des êtres indépendants et essayer de les habiller de la façon qui leur va le mieux, sans trop penser à trouver une ligne directrice. » Cette esthétique est une caractéristique définissant Latitude, dont il a enregistré la plus grande partie seul dans son home studio, bien qu'il ait aussi travaillé au légendaire DDR Funkhaus de Berlin Est et dans le studio du producteur Alex Sprave, qui l'a aidé pour des enregistrements additionnels et pour le mixage. L'album alterne donc avec aisance entre l'ambigüité joyeuse de « Megalomania » et l'élégante intimité de « Magnolia (Girl With A Camera) », entre le psychédélisme sauvage de « The Incredible Airplane Party » et l'alerte et percussif « Pandora Express », en passant par l'ambiance éthérée, presque hallucinatoire, de « Jacques Cousteau », par le swing sud-américain du doucement palpitant « The Doctor's Wife » et, finalement, par une reprise sobre et élégiaque du « River Man » de Nick Drake.

Organisateur : RADICAL PRODUCTION
L'artiste
Le lieu
CAFE DE LA DANSE, Paris : programmation, billet, place, infos

Café de la Danse

5 passage Louis Philippe

75011 Paris

Plan du lieu Situer sur une carteAccès à la salle
Situé en plein coeur du quartier de Bastille, le Café de la Danse est l'un des rendez-vous incontournables de la scène musicale parisienne. Sa programmation éclectique et ouverte donne à cette salle un aspect chaleureux. A l'affiche, la world côtoie l'électronique, la chanson ou encore la pop sous toutes ses formes. Avec ses 268 sièges et ses 60 places sur balcon, le Café de la danse est un mix entre une petite salle underground et un lieu à l'espace non exigu. A découvrir rapidement !