Musiques De L'armee Francaise

THEATRE FEMINA , 10, rue de Grassi 33000 BORDEAUX

Plus d'informations sur Musiques De L'armee Francaise

  • Découvrez pour la première fois sur une même scène, 80 artistes en habits d'apparat pour plus de deux heures d'un spectacle grandiose !
    ✓ LES POMPIERS DE PARIS, leurs prestations contribuent au rayonnement de l'institution et sont un vecteur de recrutement.
    ✓ LA FANFARE DE LA CAVALERIE DE LA GARDE REPUBLICAINE qui assure la pérennité des fanfares montées quand elle n'est pas en mission officielle à l'Elysée,
    Dans un esprit résolument moderne, les différentes formations de l'armée française interpréteront aussi bien les grandes marches militaires que des airs d'opéra immortels, ou d'inoubliables thèmes de musiques de films... Un souffle nouveau pour un programme éclectique qui révélera toute l'étendue du talent, mondialement reconnu, de ces hommes et de ces femmes militaires et artistes réunis pour un show exceptionnel.
    Grâce à la musique, le spectateur voyagera à travers plus d'un siècle de mélodies, d'hymnes et de marches inoubliables. La thématique universelle touchera toutes les générations.
    Une heures trente de spectacle, des musiques intemporelles placées sous le signe de l'émotion qui vous feront voyager dans l'âme d'une tradition bien vivante.
    SORTIE CD DE LA TOURNEE LE 3 NOVEMBRE 17 (Universal)

    Lors de la création du bataillon de sapeurs-pompiers de Paris, par décret impérial du 18 septembre 1811, 2 tambours furent répartis par compagnie d'incendie avec pour mission d'exécuter les sonneries réglementaires qui rythmaient la vie des casernes du réveil au couvre-feu.
    Lors de sa réorganisation en 1850, les tambours sont remplacés par des clairons. Le bataillon compte ainsi 15 sapeurs-clairons et 1 caporal-clairon.
    Les créations de compagnies supplémentaires en 1855, 1856 et 1859 portent les effectifs à 30 sapeurs-clairons et d'un sergent-clairon.
    Le 14 juillet 1937, le régiment dispose d'une formation de trente clairons et six tambours.
    Pendant la seconde guerre mondiale, sous l'occupation, d'autres instrumentistes vinrent se joindre peu à peu à cette formation. L'apport de ces bois et de ces cuivres aboutit à la constitution d'une musique composée d'une batterie et d'une harmonie, qui, dès 1943 participera à toutes les manifestations internes du régiment, ainsi qu'aux fêtes de la libération.
    En 1950, la fanfare régimentaire devient musique du Régiment puis musique de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris le 1er mars 1967.

    Les prestations de la musique des sapeurs-pompiers de Paris contribuent au rayonnement de l'institution et sont un vecteur de recrutement. Pour certaines, elles consolident directement le lien armée-nation.
    La musique participe en priorité à toutes les cérémonies militaires et activités internes qui jalonnent la vie du corps et celle de ses unités. D'autre part, elle peut être mise à disposition des autorités de tutelle (Etat-major de l'armée de Terre - Gouverneur militaire de Paris - Préfet de police).
    Contribuant à maintenir le prestige et la renommée de la Brigade, la musique est sollicitée pour des concerts au profit de municipalités, d'associations et d'organismes divers. Elle participe à des projets pédagogiques auprès des établissements scolaires. Elle se produit également sur la scène internationale en participant à des festivals internationaux de musique militaire.
    Chaque année, plus de 200 prestations sont ainsi effectuées.

    L'origine des trompettes de la Garde remonte à la Garde municipale de Paris, crée par le décret du 4 octobre 1802.
    En 1848, Paulus est nommé Chef-trompette à la Garde républicaine ; il dispose alors de 12 trompettes.
    Aujourd'hui, la Fanfare de cavalerie de la Garde républicaine est placée sous la direction du Trompette-major, le Capitaine Jacques LE BLAY.
    La Fanfare de cavalerie de la Garde républicaine assure la pérennité des fanfares montées et fait revivre au coeur des français, le panache et le souvenir des prestigieux régiments de l'armée française.
    C'est en 1825 que David BUHL, ex Trompette-major de la Garde Républicaine consulaire, codifia les ordonnances de trompettes, encore en vigueur de nos jours.
    Par le pittoresque de son uniforme traditionnel, la somptuosité des flammes de trompettes et des tabliers des timbales, le brillant de ses cuivres éclatants, la Fanfare de cavalerie demeure une formation très sollicitée tant en France qu'à l'étranger.
    Son répertoire comporte de très nombreuses marches régimentaires évoquant les Artilleurs, les Cuirassiers, les Fragons, es Hussards, les chasseurs, les Spahis, les Chasseurs d'Afrique et bien sûr, différentes marches de la Garde républicaine, composées par les Trompettes-major successifs.
    C'est cette Fanfare de cavalerie que les parisiens connaissent bien, pour l'applaudir lors des grandes cérémonies de l'Etat : escortes présidentielles et de souverains étrangers. Les ébrouements des chevaux, le claquement cadencés sur la pierre de la rue, les cliquetis d'armes qui s'entrechoquent, et ce sont tous des cavaliers d'autrefois, Chevaliers, Mousquetaires, Dragons du Roi, Cuirassiers de l'Empire qui revivent un instant.
    Les trompettes ont aujourd'hui le privilège de maintenir intactes la tradition et la réputation de la Cavalerie de la Garde républicaine.