La Grande Ecurie Et La Chambre Du Roy - Billets

Eglise Du Sacre Coeur Nn, Marcq-En-Baroeul.

Unique

Tarif Prix (Valeur faciale) ? Quantité
PLEIN €21,80 (€21,80)
REDUIT €17,80 (€17,80)
Sur présentation d'un justificatif en cours de validité : + de 60 ans, demandeurs d'emploi, groupe de + de 10 personnes, moins de 25 ans, familles nombreuses

Des frais de transaction d'un montant de 1,45€ seront appliqués. Si vous achetez cinq billets, vous ne paierez qu'une fois les frais de réservation. En savoir plus

Plus d'informations sur La Grande Ecurie Et La Chambre Du Roy

  • Ensemble respectons les gestes barrières !

    Messe en si mineur
    Johann Sebastian Bach (1685-1750)
    Concert baroque

    20/16/13 €
  • Messe en si mineur (1724-1749)
    BWV 232
    Johann Sebastian Bach (1685-1750)
    Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Benedictus

    Amaryllis Dieltiens : soprano
    Coline Dutilleul : soprano
    Alain Buet : basse
    La Grande Écurie et la Chambre du Roy (Fondée par Jean-Claude Malgoire)
    Alexis Kossenko : direction musicale

    S'étalant sur plus de vingt ans, la composition de cette messe, qui convient aussi bien à la liturgie catholique que luthérienne, fait appel à des extraits d'oeuvres antérieures, pratique de recyclage courante à l'époque. Tout le talent virtuose de Bach est concentré dans ce chef-d'oeuvre. La version que vous entendrez est particulière, Alexis Kossenko propose une nouvelle écoute intéressante, une approche aussi respectueuse que possible des conditions originales.

    Cela suppose une remise en cause radicale de la conception que l'on a du choeur chez Bach - et donc de nos habitudes d'écoute. L'examen minutieux des parties séparées des oeuvres religieuses du cantor de Leipzig (cantates, motets, passions, etc...) démontre de manière incontestable que l'essentiel des oeuvres furent données (récits, airs et choeurs) par un « choeur » de quatre solistes, avec le concours de quatre ripienistes pour quelques oeuvres données lors d'occasions spéciales. Le choeur de Saint-Nicolas renforçait alors celui de Saint-Thomas, le mieux formé à l'écriture exigeante de Bach. Il faut donc comprendre le mot Coro dans son acceptation antique (désignant un groupe de chanteurs ou d'instrumentistes, comme chez Gabrieli) et non dans son acceptation romantique, lorsque la multiplication des voix et l'effet de masse étaient devenus la norme. Andrew Partout a démontré, documents d'archives, matériels d'exécution et iconographie à l'appui, que l'usage d'un choeur à 3-5 voix par partie chez Bach aurait été une anomalie en Allemagne...
    Eh oui, malgré les avancées du mouvement « historiquement informé », nous sommes restés profondément imprégnés par l'héritage romantique !
    Cependant, nous n'avons guère de doute sur le fait que la lisibilité d'un choeur « soliste » se trouve accrue, tout comme l'expressivité permise par l'effectif léger, que la cohérence de solos issus du choeur s'affirme, et tout cela sans rien sacrifier de la puissance dramatique, rhétorique et symbolique de cette oeuvre inouïe. (Alexis Kossenko)

    CONCERT EN PARTENARIAT AVEC L'ATELIER LYRIQUE DE TOURCOING