La Jimi - Cannibale / Vaudou Game / Kristel - Billets

Le Hangar, Ivry-Sur-Seine.

La Jimi - Cannibale / Vaudou Game / Kristel

Unique

Tarif Prix (Valeur faciale) ? Quantité
Tarif unique LA JIMI €11,80 (€11,80)

Des frais de transaction d'un montant de €1,45 seront appliqués. Si vous achetez cinq billets, vous ne paierez qu'une fois les frais de réservation. En savoir plus

Plus d'informations sur La Jimi - Cannibale / Vaudou Game / Kristel

  • CANNIBALE
    On ne connaît pas les antécédents de ce gang de quadras normands, on ne sait pas sur quoi ils se sont fait les dents, mais, à les voir sur scène, c'est certain: ils ont faim ! (facile !). Ils ont bien digéré leurs influences rock, glam, afro beat, latin jazz et exotique pour les recracher avec énergie, folie et beaucoup de groove. Ces rescapés qui jusqu'alors avaient n'avait laissé aucune trace tangible de leur passage dans la jungle du rock, ont donc fini par réussir parce que plus rien d'autre que la musique ne comptait. Et encore une fois, leur singularité n'a pas échappé à Born Bad, label atypique.

    VAUDOU GAME
    Piloté par Peter Solo, chanteur-guitariste, Vaudou Game, également composé de musiciens lyonnais et d'un duo basse-batterie, togolais comme le leader groupe, est plus que le créateur des tubesques « Pas content », « La vie c'est bon » et autre «Tata fatiguée ». L'équipe s'est donné la mission de faire renaître de ses cendres l'afro-funk des années 70 grâce à des instruments vintage, au son analogique et aussi à la richesse musicale de son leader africain. Ensemble, ils jouent une musique hautement addictive riche en cuivres, en transe et en rythmiques bondissantes qui tient autant de la soul que des harmonies vaudous.

    KRISTEL
    Un pont semble, depuis peu, relier la France à Madagascar. Après les furieux Dizzy Brains, Kristel est en train de conquérir à son tour l'Hexagone. Plus pop, plus groove que leurs collègues, le trio composé de l'énergique Christelle Ratri au chant et à la basse, de son frère à la guitare et de son mari à la batterie n'en oublie pas moins de dénoncer les conditions de vie et le despotisme régnant sur leur île rouge. Avec eux et grâce à leur label Libertalia-Music, la relève de la musique malgache semble enfin assurée.