Diana Krall

Théâtre Antique, Vienne

Plus d'informations sur Diana Krall

  • Pour sa 39e édition, la programmation de Jazz à Vienne est tournée vers l'histoire et l'avenir. Les stars internationales du jazz côtoieront la nouvelle génération au Théâtre Antique et sur les nombreuses scènes gratuites du festival ! Retrouvez Chick Corea, Ben Harper, Diana Krall, Bobby McFerrin, Calypso Rose, Charlie Winston et bien d'autres !
  • 9 juillet
    DIANA KRALL
    The Very Best of Diana Krall paraissait en 2007. La compilation établissait alors le bilan de quinze années d'une carrière internationale rayonnante. Douze ans plus tard, après l'embardée pop de Wallflower (2015), Diana Krall revient s'abreuver à la source. Pour preuve, déjà, ce Turn Up The Quiet (2017), son quinzième et dernier album en date qui rendait un hommage appuyé à la tradition du Great American Songbook. La production était alors signée par Tommy LiPuma, le légendaire chirurgien de la note bleu qui, après avoir collaboré avec Miles Davis, Al Jarreau ou George Benson et juste avant de disparaître (en mars 2017) aura pris le temps de ciseler un écrin sonore à la voix et au piano de Diana Krall. Solide pianiste de combo, la star venue du grand Ouest canadien est aussi une meneuse. Sa marque de fabrique reste ce sens inné du tempo affiné auprès de ses mentors Ray Brown et Jimmy Rowles. Un peu plus grave aujourd'hui qu'en ces années où elle rendait régulièrement hommage à Nat King Cole (voir son album All for You de 1996), le timbre profond de Diana Krall habite moins systématiquement les standards du jazz. Dès The Girl in the Other Room (2004), elle s'approprie les compositions originales de son mari Elvis Costello et un camaïeu de madeleines pop des années soixante et soixante dix. Aujourd'hui, de I'm Confessin' à Night and Day, Diana Krall revient aux fondamentaux.

    PAUL JARRET
    & JIM BLACK
    « GHOST SONGS »
    Talents Adami Jazz propose à un jeune musicien de choisir un artiste de renommée mondiale pour réaliser le projet dont il rêve, puis de le présenter dans cinq festivals majeurs. Cette année, le jury a sélectionné le guitariste Paul Jarret invitant le batteur Jim Black. Le jeune parisien (il y est né en 1985) se rappelle : « J'ai emprunté un jour, un peu au hasard, un disque de Jim Black, AlasNoAxis. Et ce disque m'a profondément marqué par son mélange sans concession de jazz libertaire et des sonorités grunge qui m'ont construit. » Marqué autant par les groupes rock et électro que par la nouvelle scène jazz new-yorkaise, Paul Jarret crée une musique parfois barbelée dont l'aspect mélodique reste le fil conducteur. Il fonde le quintet Pj5 et décroche deux prix au Concours de La Défense 2012. Il se rend régulièrement en Suède où il fonde avec des musiciens scandinaves le quartet EMMA. Le batteur californien Jim Black entre quant à lui à la Berklee School de Boston l'année où naît Paul Jarret. À peine débarqué à New York, il développe une approche intuitive et spontanée du jeu de batterie (inspirée par Bob Moses) derrière Tim Berne, Dave Douglas ou Ellery Eskelin qui occupent régulièrement les scènes de la Knitting Factory ou du Tonic de John Zorn. Le percussionniste, sorte de prolongement radical de Joey Baron ou Han Bennink, et le guitariste ont une base en commun : le grunge.