Forever Pavot + Catastrophe

La Gaîté Lyrique, Paris

Plus d'informations sur Forever Pavot + Catastrophe

  • On connaissait Emile Sornin le fils, l'élève, celui qui reconnaissait ses pères parmi les pionniers de la pop baroque, progressive et psychédélique, auteur en solitaire de Rhapsode en 2014. Passé par le metal, le garage, le hip hop, il avait longtemps cherché, brassé, diggé, remontant aux sources avec le sérieux du jeune homme en quête de territoires à occuper. Touche-à-tout insatiable, il signait des clips déments pour Dizzee Rascal ou Disclosure quand il ne battait pas la campagne pour découvrir de nouveaux instruments (le film Le Bon Coin Forever).

    On retrouve Emile Sornin le (jeune) père, l'artiste adoubé, homme-studio conscient de ses influences essentielles (les BO du cinéma 70's français - Philippe Sarde, François De Roubaix, Francis Lai -, les pionniers synthétiques Wendy Carlos ou Mort Garson, la library music façon Camille Sauvage, Claude Vasori et Roger Roger), capitaine d'un groupe de scène aussi dense que soudé. Celui que le producteur Sebastian a appelé au chevet du prochain album de Charlotte Gainsbourg (scoop). Celui qui vient de mettre au monde La Pantoufle.

    D'une rive à l'autre, Emile Sornin a fait entrer dans sa musique l'humour et l'autodérision qu'il n'osait autrefois assumer. Il a quitté l'anglais pour explorer de biais sa langue natale. Il a lâché les chevaux de sa verve instrumentale, plus obsessionnel que jamais dans l'arrangement, plus jazz et nerveux dans l'exécution, ne reculant devant aucun effet dramatique pour saisir nos perceptions.

    Surtout, il est allé puiser dans ses propres souvenirs et trous de mémoires pour en faire matière à suspense, à fiction, à interprétations. Construit comme un film imaginaire où les genres se percutent d'une scène à l'autre, La Pantoufle puise dans les joies et terreurs de l'enfance pour mieux les réenchanter. C'est ainsi que Forever Pavot assume son rôle de « Père », posant les fondations d'un avenir radieux.


    "Tout pourrait être autrement. C'est avec cette idée en tête que Catastrophe vit, ne faisant jamais deux fois la même chose. Né en 2015 dans un squat nommé l'Amour, le groupe fondé par Pierre Jouan, Blandine Rinkel et Arthur Navellou souhaiterait ne rien s'interdire, quitte à risquer le ridicule. Que ce soit dans des cabarets, des forêts ou sur des plages vides, par des concerts qui sillonnent la France, des festivals d'été (Les Francofolies, We Love Green, Pete the Monkey...), une nuit de radio de 12h pour le nouvel an, une création au théâtre de la ville de Munich ou encore un périple en Pologne, Catastrophe imagine. 

En 2018, sur le label Tricatel, paraît le disque La nuit est encore jeune, précédé en 2017 d'un essai littéraire du même nom, aux éditions Pauvert/Fayard.

Sur scène, la surprise est reine. Après avoir oscillé entre 3 et 20 membres, Catastrophe se cristallise autour de sept personnalités - Pierre, Blandine, Arthur, Bastien, Pablo, Carol et Mathilde - comme autant de Power Rangers avec leurs propres savoir-faire, leurs tours spéciaux. Kaléidoscope de genres musicaux, Catastrophe partage le même goût pour l'innovation que Kamasi Washington et Aquaserge, ou celui pour l'improvisation et l'expérimentation qu'on retrouve dans le hip-hop social de Kendrick Lamar ou dans la joie collective d'Arcade Fire.

Tout change à chaque instant et c'est une chance. Tu danses ?"