Methyl Ethel

Point Ephémère, Paris

Plus d'informations sur Methyl Ethel

  • « Est-ce que c'est la vraie vie ? », Chante Jake Webb aka METHYL ETHEL dans «Real Tight», la « chanson d'amour surréaliste » autoproclamée de son nouvel album Triage.

    Sur un rythme propulsif et des guitares à la fois anguleuses et euphoriques, la chanson se replie sur elle-même pendant que Jake joue les contours brouillés de ses rêves dans des teintes vives. «Depuis que je fais de la musique, je me suis toujours immergé dans les chansons. Mais en petits morceaux, des fragments. Comme dans les rêves. "

    METHYL ETHEL a toujours été une expression du subconscient. Né dans la chaleur de l'été australien, les premiers enregistrements sont partis de rien, enregistrés dans diverses chambres et studios d'amis. Jake est revenu aux mêmes endroits pour Triage, le troisième album d'un triptyque qu'il a commencé avec Oh Inhuman Spectacle en 2015, puis Everything Is Forgotten en 2017, et qui a été nommé meilleur album indépendant par l'AIR, l'association australienne des labels indépendants. Triage, c'est comme vivre la jeunesse comme une hallucination. S'appuyant sur des expériences effacées avec le temps. Comme toujours, les chansons ont l'air d'être la "vraie vie", même si leur auteur a déjà remis en question leur authenticité. « Les deux premiers disques, je les ai écrits à partir d'une expérience personnelle, et ils l'ont ensuite obscurcie. C'est comme ça que j'écris des chansons », explique-t-il. « Ce que je préfère, c'est écrire sur une expérience émotionnelle abstraite tout en étant ultra-personnel. » C'est un équilibre délicat entre révélations internes et ambiguïté calculée. Les paroles sont suffisamment précises pour être authentiques, et assez floues pour plaire à tous. " Cet album parle des gens, d'amour et des relations. C'est tout ce qui compte, n'est-ce pas ?"

    À la fin de la tournée qui accompagnait Everything Is Forgotten, Jake est retourné en Australie, et a commencé à travailler dans son studio tous les jours, de 9 h à 17 h. C'est le même processus qui a donné naissance à ses premières oeuvres . « Je suis devenu obsédé par beaucoup de théories, essayant essentiellement de découvrir comment les chansons fonctionnent », dit-il. Cette approche savante a permis de créer un disque succinct dans l'esthétique, alors que Jake subvertit la musique pop à travers ses nombreux styles.


    La magie est omniprésente sur Triage, pas au sens spirituel, mais dans l'application pratique : faire en sorte que quelque chose d'extrêmement difficile paraisse facile. Jake et Marta Salogni ont terminé l'album à Londres. «J'ai tout enregistré moi-même et je l'ai mixé avec Marta Salogni. C'est probablement la meilleure collaboration que j'ai jamais vécue. »

    En termes cliniques, le « triage » est « le degrés d'urgence pour décider de l'ordre de traitement d'un grand nombre de patients », une analogie tout à fait pertinente pour grandir, faire un disque et faire un disque sur le fait de grandir. Jake articule parfaitement ce parallèle lorsqu'il résume Triage comme étant « une logique froide pour les corps chauds ».