Orchestre National De Jazz "Dancing In Your Head(S) : La Galaxie

Mc 93, Bobigny

Plus d'informations sur Orchestre National De Jazz "Dancing In Your Head(S) : La Galaxie

  • ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ "DANCING IN YOUR HEAD(S) : LA GALAXIE ORNETTE”
    FRANCE, BELGIQUE, PORTUGAL, Allemagne - CRÉATION
    Direction artistique Frédéric Maurin
    Pour sa création inaugurale, ce tout nouvel ONJ au casting épatant s'envole vers la galaxie d'Ornette Coleman, avec le désir ardent d'aller y faire la fête.

    Féminisé, cosmopolite et à géométrie variable : c'est le nouvel Orchestre National de Jazz dirigé par Frédéric Maurin, auparavant aux manettes de l'ensemble Ping Machine. Pour son tout premier programme, orchestré par le grand chef du Sacre du Tympan Fred Pallem, la quinzaine de musiciens - une puissante section de soufflants, une rythmique au groove acéré, beaucoup de nouveaux visages (Morgane Carnet, Susana Santos Silva, Anna-Lena Schnabel, Farida Amadou...) - attaque très fort et part explorer la musique toujours mystérieuse et merveilleuse de l'un des plus grands novateurs du jazz. Trois, deux, un, décollage !

    Fredéric Maurin direction artistique, guitare, Fred Pallem orchestration, Jean-Michel Couchet, Anna-Lena Schnabel saxophones alto, Julien Soro saxophone ténor, Fabien Debellefontaine saxophone ténor, Morgane Carnet saxophone baryton, Fabien Norbert trompette, Susana Santos Silva trompette, Mathilde Fèvre cor, Daniel Zimmerman trombone , Judith Wekstein trombone basse, Pierre Durand guitare, Bruno Ruder fender rhodes, Farida Amadou basse électrique, Rafaël Koerner batterie

  • 1ère Partie:
    NOVEMBRE "ORNETTE / APPARITIONS"
    FRANCE
    Pour cette soirée de clôture placée sous le signe d'Ornette Coleman, plutôt qu'un hommage, Antonin Tri Hoang et ses pairs convoquent son esprit, dans une ode son et lumière à la liberté.
    La musique d'Ornette Coleman a changé le cours des choses. On a parlé de free jazz, mais « ce n'est pas un autre jazz, c'est une musique autre, créative ». Depuis ses débuts (dans l'ONJ de Daniel Yvinec), Antonin Tri Hoang n'est pas sans évoquer Ornette : même lyrisme tarabiscoté, même goût du dérapage contrôlé. Au lieu d'une dissertation sur l'oeuvre, il a proposé des rêves, des ponts évocateurs, « pas un revival, mais un survival ». Avec, aux manettes, le quartette Novembre et des invités qui maîtrisent à la perfection l'art du zapping et du collage. Ce qui n'est pas sans rappeler John Zorn, un autre grand fils (spirituel) d'Ornette.
    Antonin-Tri Hoang saxophone alto, clarinette, Geoffroy Gesser saxophone ténor, Pierre Borel saxophone alto, Louis Laurain trompette, Isabel Sörling voix, Romain Clerc-Renaud piano, claviers, Thibault Cellier contrebasse, Yann Joussein batterie, Elie Duris batterie