Orchestre National De Lille

Théâtre Le Colisée, Lens

Plus d'informations sur Orchestre National De Lille

  • Víkingur Ólafsson met en regard deux oeuvres aux atmosphères radicalement opposées. La première présente un visage inattendu de Mozart, puisque le Concerto n°24 est l'une de ses musiques les plus sombres, le compositeur n'hésitant pas à affirmer que l'oeuvre « exprime les épreuves et les combats que doit affronter l'homme pour maîtriser cette vie et lui donner un sens ». La deuxième dévoile un Richard Strauss facétieux dans Burlesque (1886), délicieux feu d'artifice d'idées légères et brillantes, prélude aux capiteuses valses du Chevalier à la rose ».