Week-End Focus #8 - Arep Cie / Emmanuelle Raynaut

Point Ephémère, Paris

Plus d'informations sur Week-End Focus #8 - Arep Cie / Emmanuelle Raynaut

  • WEEK-END FOCUS #8

    À la fois studio de répétition, salle de représentation, laboratoire et lieu de rencontres, le studio de Point Ephémère abrite des artistes venant de la danse ou du théâtre, mais aussi de la performance. A l'image de la création dans le spectacle vivant aujourd'hui, les limites entre les champs deviennent moins distinctes, brouillant les pistes et faisant joyeusement exploser les catégories.

    Les artistes en résidence à Point Éphémère sont dans une large majorité de jeunes artistes de moins de trente ans, il s'agit bien de l'émergence dans toute sa vitalité, avec une attention particulière portée aux thématiques du genre et de l'identité.

    Chaque trimestre, un Week-End Focus a lieu, mini-festival pendant lequel les compagnies en résidence reviennent présenter leurs travaux, parfois toujours en cours, parfois achevés. Prêts à poursuivre leur chemin ailleurs...

    À L'UNITÉ : 8€ en prévente / 10€ sur place

    VENDREDI 05 AVRIL

    AREP CIE / EMMANUELLE RAYNAUT
    BORRAR LOS BORDES

    19h30 - performance
    BORRAR LOS BORDES - effacer les bords est une installation performance qui mêle écriture vivante, plastique et numérique. La création prend racine dans l'histoire des migrations et propose au spectateur différents types d'expériences sensibles à ce sujet: solitaire, individuelle, collective, immersive. La Cie présente pour le WE FOCUS une coupe transversale dans le processus de création de ce projet collaboratif.

    Huit voix de femmes s'adressent à nous, elles descendent d'immigrants venus de France, ou ayant transité par la France avant de s'embarquer pour Buenos Aires. Travail, sexualité, transmission, secret, transgression, violence, identité, genre, émancipation : de multiples chemins « débordants » émergent de ce choeur de voix. 18 jeunes s'emparent de ce corpus documentaire vivant, collecté en Argentine par la Cie. Ils répondent à ces femmes, en déplacant et transformant leurs propres récits de vie. L'ensemble des enregistrements, voix, films, gestes, s'inscrivent peu à peu dans une cartographie des flux qui déplace et interroge les archives sur lesquels sont construit le projet.