Week-End Focus #8 - Collectif Brûle Maison / Yohann Baran

Point Ephémère, Paris

Plus d'informations sur Week-End Focus #8 - Collectif Brûle Maison / Yohann Baran

  • À la fois studio de répétition, salle de représentation, laboratoire et lieu de rencontres, le studio de Point Ephémère abrite des artistes venant de la danse ou du théâtre, mais aussi de la performance. A l'image de la création dans le spectacle vivant aujourd'hui, les limites entre les champs deviennent moins distinctes, brouillant les pistes et faisant joyeusement exploser les catégories.

    Les artistes en résidence à Point Éphémère sont dans une large majorité de jeunes artistes de moins de trente ans, il s'agit bien de l'émergence dans toute sa vitalité, avec une attention particulière portée aux thématiques du genre et de l'identité.

    Chaque trimestre, un Week-End Focus a lieu, mini-festival pendant lequel les compagnies en résidence reviennent présenter leurs travaux, parfois toujours en cours, parfois achevés. Prêts à poursuivre leur chemin ailleurs...

    À L'UNITÉ : 8€ en prévente / 10€ sur place

    DIMANCHE 07 AVRIL

    COLLECTIF BRÛLE MAISON / YOHANN BARAN
    JAY

    18h30 - danse
    Yohann Baran revient avec un nouveau solo intitulé Jay pour explorer plus en profondeur une humanité qui s'inscrit dans une pulsion énigmatique, une sorte de convulsion dévorante et érotique. Ce projet trouve son origine dans le roman gothique Le Corps Exquis de l'auteure Popy Z. Brite : histoire d'amour entre Jay et Andrew, deux tueurs en série de la Nouvelle-Orléans qui construisent leur relation au monde dans les soubresauts des victimes de leurs crime-rituels. Avec Jay, Yohann a choisi de travailler et d'épuiser le motif de la cage thoracique, motif récurant dans la relation qu'entretiennent les deux personnages du roman avec leurs victimes ; morceau de corps qui concentre en lui une sorte de puissance syncopée, lieu d'absorption et d'explosion d'un souffle. À son écriture instinctive, Yohann va associer le twerk pour nous plonger un peu plus dans une atmosphère convulsive dont nous éprouverons les limites et les tensions.