Festival Transsiberien Concert N°4

Le Nouveau Siècle, Lille

Plus d'informations sur Festival Transsiberien Concert N°4

  • FESTIVAL TRANSSIBERIEN PRESENTE :
    Le Festival Transsibérien Station Jeunesse est le premier arrêt européen d'un parcours lancé en 2014 à Novossibirsk,
    avec le Trans-Siberian Art Festival de Vadim Repin.
    Les multiples stations de ce Transsibérien relient ainsi les continents, et c'est Lille qui accueille désormais la station européenne, portée par Jean-Claude Casadesus, Vadim Repin et Marina Bower.

    Présentant certains des plus grands solistes de notre temps comme Nicholas Angelich, Alexander Kniazev ou Andrei Korobeinikov, cette édition est tournée vers la jeunesse, notamment à travers la création du TransSiberian Festival Youth Orchestra, qui réunit pour deux programmes les meilleurs éléments de l'Orchestre Symphonique des Jeunes de l'Oural, de l'Orchestre des Jeunes d'Île-de-France et du Jeune Orchestre du Hainaut-Cambrésis. Deux concerts de musique de chambre réuniront les solistes invités et de jeunes talents. D'autres bénéficieront de leurs conseils en masterclasses publiques...

    Trois jours de festivités musicales, entre quintettes, concertos et symphonies, placés sous le signe de l'excellence, de la Russie bien sûr, et de la jeunesse évidemment !

    Samedi 14 décembre 2019 - 21h
    Concert n°4 - Concert de clôture
    Glinka : ouverture de Rousslan et Ludmila
    Chostakovitch : symphonie n•9 op. 70
    Beethoven : triple concerto pour piano, violon et violoncelle op. 56
    Vadim Repin - violon
    Alexander Kniazev - violoncelle
    Nicholas Angelich - piano
    Jean-Claude Casadesus, David Molard Soriano - direction
    Transsiberian Festival Youth Orchestra
    Ce sont trois oeuvres festives et héroïques, et pourtant totalement différentes, qui nous sont données à entendre. La truculence rossinienne du père de la musique russe contrastera avec le patriotisme ironique et désabusé de Chostakovitch. Pour la seconde fois au cours du festival, le jeune chef David Molard Soriano passera alors la baguette à son aîné, Jean-Claude Casadesus, pour faire triompher la forme et la mélodie beethovéniennes sous les doigts de trois des plus grands solistes de notre temps.