Jazz A Vienne

Plus d'informations sur Jazz A Vienne

  • 8 juillet 2020 - Jill Scott

    « J'adore écrire de la poésie. Mon inspiration ? Elle vient du hip-hop, du R&B et du jazz », chantait-elle en ouverture de son premier album, “Who Is Jill Scott ? Words And Sounds Vol. 1”, dont elle célèbre cette année le vingtième anniversaire en interprétant sur scène ses dix-sept chansons (y-compris Try, cachée au fin fond du CD !). C'est en effet le 18 juillet 2000 que sortit cet album qui a depuis gagné ses galons classique nu soul. “Qui était Jill Scott ?” au début du XXIe siècle ? Une jeune chanteuse, spoken word artist à ses débuts, née le 4 avril 1972 dans la Ville de l'Amour Confraternel, Philadelphie. Repérée par le batteur de The Roots, Ahmir Thompson, elle participa en 1999 à l'élaboration de You Got Me, tube du combo hip-hop chanté - à son grand dam - par Erykah Badu.
    Un an plus tard, la critique salua unanimement “Who Is Jill Scott ? Words And Sounds Vol. 1”, qui devint disque de platine aux Etats-Unis. Avec elle, la soul music entrait de plain pied dans l'ère moderne, ancrée dans les grooves hip-hop et la richesse mélodique des années 1970. « Mes fans seront surpris par les nouveaux arrangements. Il y aura une énergie nouvelle, des musiciens d'exception. Et beaucoup d'amour », promet-elle. Nous sommes donc prêts à reprendre en choeur Gettin' In The Way, It's Love, Do You Remember et, entre autres, Love Rain. Attention : le théâtre antique risque de chavirer de bonheur !

    8 juillet 2020 - Michael Kiwanuka

    A 33 ans seulement, Michael Kiwanuka fait partie intégrante du paysage musical du XXIe siècle, et son rayonnement ne se limite pas à la soul music, genre musical auquel il est intimement lié, mais dont il dépasse les frontières grâce aux qualités intemporelles et universelles de sa musique. Car ce jeune homme originaire de Muswell Hill (dans la banlieue de Londres), né de parents ougandais, est un autenthique auteur-compositeur; même si c'est bien sûr sa voix, unique, profonde, émouvante, chaleureuse, comme hantée par ses ancêtres africains et ses grands-frères afro-américains (de Bill Withers à Terry Callier en passant par Otis Redding), qui a instantanément touché le grand public.
    Dès la sortie de son premier album, “Home Again”, en 2012, on savait que l'on tenait là un artiste singulier. Quatre ans plus tard, “Love & Hate” confirma tous les espoirs placés en lui. Quant à son récent opus éponyme, “Kiwanuka”, c'est tout simplement son premier chef-d'oeuvre, produit et arrangé en compagnie de Danger Mouse et d'Inflo. Porté par des grooves aux saveurs ancestrales et futuristes, Michael y invente une folk music avant-gardiste à la portée de tous les tympans. Ses textes sont à la hauteur de la musique, et plusieurs chansons, telles Piano Joint (This Kind Of Love), Hard To Say Goodbye ou Hero (où son jeu de guitare fait merveille) sont déjà des classiques. Voir ce phénomène tranquille sur scène sera un des événements de 2020.