Low House + Moodie Black

Petit Bain, Paris

Plus d'informations sur Low House + Moodie Black

  • LOW HOUSE (EUGENE S. ROBINSON + PUTAN CLUB)

    Oh yes. Cela vient d'une histoire de Lord Dunsany intitulée Poor Old Bill. À propos du capitaine d'un navire qui subit une mutinerie après avoir appris les astuces du diable lui permettant de maudire les âmes de ses hommes quand ils dormiront. Il l'apprend des "maisons basses dont l'aspect ne nous plait pas". Donc "Low House", un nom corollaire, synonyme d'un état dégradé de la chair terrestre. Je comprends que l'idiome américain puisse sembler oppressant parce que l'anglais est tellement fucking présent PARTOUT, mais je n'ai pas été capable de penser à un autre nom que Low House pour notre enfer, ce qui signifie généralement que c'est le bon nom. Et je les ai tous considérés.
    Eugène S. Robinson

    Eugène S. Robinson (Oxbow) et François R. Cambuzat se remettent donc en couple après une mémorable tournée en 2014 dont le fameux concert des Bars en Trans resté en mémoire(s).
    Mais pas vraiment car ce sont cette fois les filles qui vont mener le jeu, pour un line-up majoritairement féminin. Kasia Meow, égérie avant-punk polonaise, la jeune batteuse prodige Zoé Martinot démolissant fièrement tout cliché martelant et bien spûr Gianna Greco, légende de l'upperground transalpin et de beaucoup plus loin.


    + MOODIE BLACK

    MOODIE BLACK est un duo américain dont le son unique est à la croisé d'un noise-rap habité transcendé d'embardées coldwave shoegaze indus et noise addictives et de desert songs proprement hallucinantes.
    Fondé à Phoenix Arizona dans la seconde moitié des années 2000 par Chris Martinez alias K Death (voix, production, synthétiseur moog) et Sean Lindhall (guitare), MOODIE BLACK va s'embarquer pour une vie entre 2 villes Los Angeles et Minneapolis ou les scènes musicales sont vivaces et foisonnantes, avant de s'installer pour de bon à Minneapolis à partir de 2018.

    Leur live machine guitare minimoog rap et video consacrera en grande partie ce nouvel album dont les lyrics soutiennent ouvertement l'identité transgenre aux Etats Unis et fustige les violences à l'encontre de cette mouvance. K Death, rappeur et principal compositeur de MOODIE BLACK, a d'ailleurs entamé en 2018 une mutation physique suite à son son coming out transgenre et délivre sur scène un personnage fascinant et ambigüe rappelant Genesis P Orridge de Throbbing Gristle et Psychic TV, Gavin Friday et Guggi des Virgin Prunes ou même Robert Smith de The Cure avec un flow hip-hop surdoué, déconcertant de diversité et une utilisation des effets très à propos.
    La musique quant à elle place les mélodies de guitares aériennes ou telluriques au centre du jeu rivalisant avec des synthés froids et granuleux, des atmosphères glauques et brumeuses sur des beats envoutants et des basses corrosives.