Arthur Ely - Billets

Theatre Les Etoiles, Paris.

Arthur Ely

Debout

Tarif Prix (Valeur faciale) ? Quantité
Tarif unique - Debout €13,00 (€13,00)

Des frais de transaction d'un montant de 1,45€ seront appliqués. Si vous achetez cinq billets, vous ne paierez qu'une fois les frais de réservation. En savoir plus

Plus d'informations sur Arthur Ely

  • Un enfant du siècle. Mais pas de n'importe lequel. De ce XXIe foisonnant où les frontières musicales s'effacent, où les querelles de chapelles toujours vaines, sont jetées aux oubliettes de l'histoire, et où surtout les styles se mélangent sans tabous sur les playlists des Millenials. Arthur Ely incarne le parfait reflet de cette jeunesse curieuse jonglant en un clic du hip-hop à la chanson en passant par l'électronique ou le rock.
    Repéré fin 2018 avec son premier EP Standard, ce jeune homme charismatique de 23 ans affirme dans ses nouveaux sons une personnalité hors norme, mi-chanteur mi-rappeur. Ses textes à la mélancolie poisseuse, sont toujours sauvés de la dépression fatale par un humour ravageur. Comme l'expression sauvage d'un parcours sinueux.
    Jusqu'à quinze ans, sa vie tourne quasi exclusivement autour du tennis avant qu'un grave accident mette fin à ses velléités de professionnalisme. Pas le genre à faire les choses à moitié, Arthur se met alors frénétiquement à la guitare qu'il “ponce pendant deux ans”. Strasbourgeois d'origine, après son bac, il s'envole pour Paris, afin d'obtenir une licence de médiation culturelle, certes, mais avant tout bien décidé à devenir un musicien à plein temps. Le soir après la fac, Ely tourne dans les bars où il présente déjà ses propres compositions. Une bonne école : “séduire trente personnes qui sont en train de bouffer avec juste une voix et une guitare acoustique c'est chaud” comme il le raconte maintenant amusé.
    C'est en côtoyant le producteur Jacques, roi de la bricole électronique de haut vol, strasbourgeois tout comme lui, qu'Arthur devient un adepte des machines, sans pour autant délaisser la six cordes que l'on retrouve, électrifiée ou pas, sur nombre de ses compositions. Un moment clé où il se met aussi à écouter du rap, lui qui a été bercé plutôt par le rock ou la soul. Damso, Vald, XXXTentacion tournent alors en boucle chez lui, matière à inspiration, même s'il se considère d'abord comme un chanteur. La base est désormais-là qui donne naissance à l'EP Standard, carte de visite fulgurante certes, mais également un peu confuse, car comme il le reconnaît volontiers maintenant Ely avait confondu le “bien faire” et le “trop faire”. Ce qui n'absolument pas le cas avec ces nouveaux titres lâchés comme un triptyque démarré en juin avec le premier volet “En 3 lettres”. En constant aller-retour entre noirceur et humour, ces morceaux, parfois ténébreusement jouissifs, témoignent magnifiquement de la porosité actuelle entre rap et chanson. On est impressionné par la puissance de cette voix (“Soleil”) et la pétulance du flow (l'éruptif “Mayday” avec l'aide à la prod' de l'hurluberlu électro Ouai Stéphane), qui tranchent avec le raz de marée actuel de chanteurs à l'organe cotonneux, et à la diction “poids chiche”. Des qualités vocales parfaites pour les mélodies sensibles de ces véritables chansons dont le secret réside peut-être dans le mode de composition où Arthur, à la différence des rappeurs qui se penchent d'abord sur les textes et pensent ensuite aux musiques, démarre souvent les morceaux à la guitare en ayant en tête seulement quelques ébauches de phrases. Les paroles justement. Il y a bien sûr de l'ego-trip mais avec un recul salvateur (l'émouvant “Seul à ma fête”), où Arthur surfe les vagues à l'âme, comme un ado grandi trop vite sous les coups de boutoir d'une vie intranquille (“J'étais plus fort il y a dix ans que maintenant” Plus j'avance). Là encore sa singularité foudroie qu'il évoque Nietzsche au détour de “Mayday” ou sa passion pour la peinture au fil de l'émouvant “Libre” (“Y a que les tableaux, que je baise, y a que les tableaux qui sont beaux, y a que les tableaux qui sont libres”). La démonstration éclairante de l'humanité d'un jeune adulte d'ores et déjà affirmé artistiquement, mais non sans failles.
    Où qu'il soit son papa disparu brusquement alors qu'Arthur avait dix-sept ans, et dont la figure tutélaire plane discrètement dans les thèmes de ses chansons, peut être fier de son fils qui propulse un nom inscrit maintenant “en trois lettres” d'or.