Yusuf/Cat Stevens - Billets

L'olympia, Paris.

Assis numéroté

Tarif Prix (Valeur faciale) ? Quantité
Catégorie 1 - Assis numéroté €156,50 (€156,50)
Catégorie 2 - Assis numéroté €112,50 (€112,50)

Des frais de transaction d'un montant de 1,45€ seront appliqués. Si vous achetez cinq billets, vous ne paierez qu'une fois les frais de réservation. En savoir plus

Plus d'informations sur Yusuf/Cat Stevens

  • Cat Stevens (né Steven Demetre Georgiou) a grandi au-dessus du café de ses parents, au coeur du quartier des théâtres du West End, à Londres. Adolescent, inspiré par les Beatles, la folk et le blues américain, il écrit des chansons, et rencontre vite le succès avec « I Love My Dog », son premier single en 1966. Le single suivant, « Matthew & Son », rate de peu la première place du classement au Royaume-Uni, mais contribue à faire de lui la vedette du moment.
    En 1968, Cat manque de mourir de la tuberculose, et sa carrière s'interrompt. Après une longue convalescence durant laquelle il traverse un éveil spirituel, il retrouve le milieu de la musique en 1970. Son apparence et son style ont complètement changé, l'idole adolescente bien propre sur elle est devenue un homme la barbe hirsute et à l'abondante chevelure, et l'orchestration fouillée de ses premières compositions a laissé la place à des arrangements acoustiques plus dépouillés et intimistes.
    Quatre albums consécutifs, Mona Bone Jackon (1970), Tea for the Tillerman (1970), Teaser and the Firecat (1971), et Catch Bull at Four (1972), propulsent Cat Stevens au sommet de la célébrité, révélant plusieurs de ses plus grands classiques, dont « Wild World », « Father & Son », « Peace Train », « Moonshadow » et « Morning Has Broken ». La sincérité et la richesse de son oeuvre l'imposent toujours plus comme l'un des principaux auteurs/compositeurs du genre.
    En 1975, à l'apogée de son succès commercial, une expérience de mort imminente dans l'océan Pacifique pousse Cat à se mettre au service de Dieu. Après une période d'exploration, il trouve sa voie quand son frère lui donne un exemplaire du Coran et, en 1977, il se convertit à l'Islam. En 1978, il prend le nom de Yusuf Islam et stupéfie le monde entier en abandonnant sa carrière musicale.
    Pendant les trente années qui suivent, Yusuf s'emploie à fonder une famille, des écoles religieuses au nord de Londres, et à créer plusieurs oeuvres caritatives de portée internationale. Ses efforts constants dans le domaine de l'humanitaire lui valent de recevoir un World Social Award pour « avoir dédié sa vie à aider les nécessiteux et les malades ». En 2004, Mikhail Gorbachev lui remet le Man of Peace Award pour « son engagement à soulager les souffrances de milliers d'enfants et de leurs parents, et son dévouement à la cause de la paix, la réconciliation entre les peuples, et la condamnation du terrorisme ».
    Après les évènements tragiques du 11 septembre, Yusuf décide de retourner sous le feu des projecteurs. Dans les médias internationaux, il dénonce les atrocités, le fanatisme, la guerre, et appelle à la paix et à l'unité. Les années suivantes, et non sans hésitation, il renoue avec le monde de la musique dans l'espoir que ses chansons aident à relier les gens et à diffuser un message de paix. La sortie en 2006 de l'album An Other Cup marque son véritable retour. Depuis, il a enregistré trois autres disques tout en tournant intensément dans le monde entier.
    Le retour de Yusuf a ravi le public qui rêvait depuis longtemps d'entendre à nouveau sa voix douce, ses mélodies hypnotiques et ses textes bouleversants. L'industrie de la musique lui a aussi réservé un accueil des plus chaleureux. En 2014, il est intronisé au Rock'n'Roll Hall of Fame, et The Laughing Apple, son album de 2017, lui vaut sa toute première nomination aux Grammy. En 2019 il est également intronisé au Songwriters Hall of Fame.

    Cat Stevens sera en concert en France pour deux dates exceptionnelles le 28 et 29 juin à L'Olympia à Paris.